Peur des soins dentaires – que faire?

Peur des soins dentaires – que faire?

Peur des soins dentaires – que faire?
La visite chez le dentiste est associée avec un sentiment d’anxiété pour
environ 70% de la population. Environ 20% sont très anxieux et 5% essaient
tout pour éviter la visite chez le dentiste. Ils souffrent d'une soi-disant
phobie dentaire et ne peuvent être traités que par des douleurs extrêmement
vives, parfois même sous anesthésie générale.
Sans aucun doute, le dentiste doit offrir le traitement nécessaire même
dans le cas d'un patient anxieux en cas d'urgence. Ce n'est pas toujours
facile. Les patients craintifs ne viennent souvent se faire soigner que
lorsqu'une inflammation très prononcée existe déjà et qu'une élimination
complète de la douleur est donc au moins plus difficile. Si la douleur
survient alors inévitablement au cours d'une telle thérapie, le patient
anxieux en fait une confirmation de son attitude et n'est pas facilement
accessible pour le soin dentaire dont il aurait besoin ultérieurement. Dans
cette situation, il existe une difficulté importante dans le traitement des
patients anxieux.
L’anxiété chez le dentiste résulte souvent des expériences antérieures, de
la peur d’une douleur éventuelle et des rapports de connaissances
concernant des traitements douloureux.
Les comportements et expériences suivants caractérisent la phobie dentaire:
inconfort, nausée, diarrhée, peur de mourir, transpiration, essoufflement,
agitation, irritabilité, tremblement, troubles du sommeil.
Comment lutter contre la peur du dentiste? Tout d’abord, le patient doit
faire l’objet d’un examen approfondi, mais le moins douloureux possible.
Aujourd'hui, les images radiographiques sans douleur peuvent fournir des
informations importantes qui ne pouvaient auparavant être obtenues que par
l'examen clinique, parfois douloureux, du patient. Ensuite, le patient est
calme et on l’oriente en détail sur les constatations et les différentes
options de traitement. Le patient doit alors – bien sûr, après que le
dentiste a fourni suffisamment d’informations – décider du type de
traitement. Donc, il est impliqué et il se sent moins exposé au dentiste.
Enfin, pendant la thérapie, l’anesthésie locale permettra un niveau élevé
de soulagement de la douleur. Plus important encore, le dentiste a toujours
l'oreille ouverte pour répondre aux préoccupations du patient.